[DIY] Tutoriel déguisement ange et diablotin

[DIY] Tutoriel déguisement ange et diablotin

Parmi les activités que je propose à mes enfants (6 et 4 ans pour les plus grands), j’aime particulièrement celle que j’appelle « la thématique ». Je choisis un thème et j’organise des activités autour de ce sujet : explication, définition, vidéos sur l’ordinateur, coloriages, lecture des livres que nous avons. Pour illustrer : nous avons déjà joué avec les thématiques suivantes : le castor, le cerf, les igloos, le corail, les navettes spatiales, etc. Selon leur âge, ils apprécient de regarder des vidéos, de fabriquer eux-même l’objet ou de se souvenir dans quel livre de la bibliothèque ils ont pu voir une image semblable, puis on termine par des histoires.

La fête d’Halloween se profile et la succession des mercredi aussi. Nous avons ouvert la thématique « ange ou diablotin ». Le côté religieux et abstrait leur échappe encore, alors je suis passée par le dessin animé Kusco pour leur expliquer la bonne et la mauvaise conscience qui déstabilisent ce pauvre Kronk, chacun sur son épaule. Nous avons ensuite cherché des coloriages d’ange et de diablotin sympas et les avons trouvés sur Jedessine.com. Mon fils s’est arrogé d’emblée le petit démon et ma fille l’ange, évidemment ! Tout de vert et de rouge pour l’un, et l’autre tout de blanc et de rose !

Et de là, nous sommes passés à l’atelier déguisement.

 

Rien de très compliqué qu’un tuto ne puisse expliquer. Pour ce faire, vous aurez besoin :

– de carton

– de bristol

– du scotch

– des ciseaux (pour vous et pour eux)

– un marqueur rouge

– de l’aluminium

– deux serre-tête

– un bas noir usagé

La mise en œuvre est toute simple :

– Pour le petit diable
Découper les oreilles dans du bristol, les colorier en rouge, les scotcher sur le serre-tête. Préparer la queue en découpant le bristol là encore, la scotcher au bas noir après avoir coupé la chaussette et l’attacher en haut des fesses (prévoir un haut et un bas rouges de préférence). Pour confectionner les ailes, découper le carton, le colorier, les scotcher sur un support dorsal en trapèze et que le t-shirt.

– Pour le petit ange
Découper un rond en carton, le recouvrir de papier aluminium, le scotcher sur le serre-tête. Confectionner les ailes en trois parties, les recouvrir d’aluminium et les scotcher sur le dos. Prévoir une robe blanche ou rose.

Et voilà le résultat :

Pour une autre version des deux déguisements : ICI
Depuis, quand ils ne jouent pas à se déguiser, ils jouent aux aigles ;o)

Collection hiver 2012 : des poupées kokeshi

Collection hiver 2012 : des poupées kokeshi

Cet été, j’ai rencontré une toute jeune fille passionnée de poupées kokeshi. Dans sa chambre, il y en avait partout : des figurines, grandes, moyennes, petites, des porte clés, des tableaux, des puzzles, sur sa besace. Elle m’a fait l’honneur de me présenter toutes ses compagnes une par une et je l’ai suivie dans son monde merveilleux avec beaucoup de curiosité. Je lui ai promis – avec l’accord de sa maman – un triptyque de ces petites dames.

Depuis, je me suis informée sur les poupées kokeshi et j’ai décidé de créer une nouvelle collection inspirée de ce monde fascinant. Voici un extrait en avant première. Dans cette collection : des tableaux carrés (10 x 10 cm) représentant des triades, des foules ou des kokeshi seules, des poissons japonais, des motifs floraux, tout un programme !

 

Un peu d’Histoire

Les kokeshi sont apparues au Japon, il y a 150 ans, crées par les kiji-shi (en japonais : les artisans du bois) dans le nord de Honshū (la plus grande île du Japon). En effet, la région de Tôhoku était renommée pour ses sources chaudes et était par conséquent une région de tourisme. Les artisans locaux ont créé ces poupées pour les vendre comme souvenirs aux touristes japonais.
Les poupées sont à l’origine fabriquées en bois (de cerisier, poirier, cornouiller ou érable). La réalisation est longue et minutieuse. Le bois doit sécher pendant 1 an à 5 ans, pour que la matière soit idéale pour la sculpture. Il est ensuite scié à la taille désirée, puis pressé. Les poupées sont ensuite rabotées et tournées pour obtenir la forme voulue. Les kokeshi sont finalement peintes et décorées, puis recouvertes de plusieurs couches de laque. Les trois parties en bois d’espèces différentes sont assemblées. Il existe une centaine de types très différents de ces poupées, plus ou moins hautes, représentant des enfants, des jeunes filles.

Ces poupées japonaises traditionnelles sont constituées d’une tête et d’un corps cylindrique, symbolisant le vœu et le désir d’avoir un enfant en bonne santé. Ces jolies poupées japonaises en bois sont offertes, dans la tradition japonaise, pour déclarer son amitié ou son amour à la personne qui la reçoit. Dans une tradition parfois citée, les poupées auraient également servi comme ex-voto, en souvenir d’enfants disparus.

Aujourd’hui, les formes et le dessin des poupées ont beaucoup changé. Ils sont plus modernes, plus colorés, mais toujours aussi raffinés. Il existe d’ailleurs depuis 1954 un prix national japonais décerné à la plus belle poupée kokeshi créative de l’année.

Pour en savoir plus sur l’histoire des kokeshi
Une boutique

Voici la première de la collection. Il s’agit de l’élément central du triptyque, de part et d’autre les carrés sont turquoise. Ces poupées kokeshi seront bientôt rejointes par des geishas pour les adultes, et par des matriochkas… la suite bientôt, je retourne à mon atelier !

[DIY] Tutoriel : recette de la pâte à modeler maison

[DIY] Tutoriel : recette de la pâte à modeler maison

Il n’y a pas que la peinture, les bulles et les couleurs, le modelage est également une bonne manière de s’amuser le mercredi en famille, de développer la dextérité des tout petits, de stimuler l’imagination des plus grands, de montrer qu’on peut créer en 3D en fabriquant littéralement un objet. Enfin, et c’est le plus de ce tutoriel, il s’agit de mettre en œuvre des ingrédients pour réaliser soi-même la pâte à modeler. L’avantage, c’est que cette pâte est non toxique, comestible, ce qui est pratique avec des tout petits et qu’elle se conserve longtemps.

 

 

 

Les ingrédients :

  • 2 tasses de farine
  • 1 tasse de sel fin
  • 2 tasses d’eau bouillante
  • 2 cuillères à soupe d’alun de potassium (demander en pharmacie)
  • 2 cuillères à soupe de colorant alimentaire ou de peinture (gouache en tube)
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Les outils :

  • Un saladier
  • Une cuillère en bois
  • Une boîte en plastique à fermeture hermétique

Mise en œuvre :

Verser la farine, le sel, les paillettes d’alun de potassium et le colorant alimentaire ou la gouache dans un saladier.

Ajouter ensuite l’eau bouillante et l’huile et mélanger à l’aide d’une cuillère

Quand la pâte est molle, couper en plusieurs parts et ajouter le colorant alimentaire ou la gouache à chacune.

Conserver dans une boîte hermétique, pour la part, au réfrigérateur.

C’est sûr que l’odeur de la pâte à modeler du commerce n’est pas là, mais les couleurs sont plus pastel et la texture bien agréable, en tout cas, chez nous, ce fut un beau succès !

 

 

Pour jouer avec la pâte à modeler, faire des empreintes, pensez au rouleau à pâtisserie, aux emporte-pièces, aux dinosaures, aux playmobils, etc, des heures de plaisir en perspective ! hop hop hop, tout le monde met ses chaussures, on file à la pharmacie du coin débiter le mot pas possible et regarder les yeux de la préparatrice s’agrandir de surprise ^^

[DIY] Tutoriel pour réaliser un chamboule-tout avec les enfants

[DIY] Tutoriel pour réaliser un chamboule-tout avec les enfants

Bonjour à toutes et à tous.

C’est la rentrée, le premier mercredi, déjà, et entre les listes de fournitures et les courses, pourquoi pas réaliser une activité avec vos enfants ? Dessine-moi un prénom vous propose cette fois de fabriquer le jeu avant de pouvoir vous amuser !

Nous avons toutes des boîtes de conserve dans nos placards que nous les recyclons dans le meilleur des cas. Voici une manière ludique de les réutiliser, en fabriquant un chamboule-tout, vous savez, une balle en mousse, des objets à renverser, et des heures de rires et de cris (mais si, vous allez voir, dans une pièce sans bibelots, sans livres, dehors en somme ^^).

Pour réaliser notre chamboule-tout, nous avons besoin :

– de boîtes de conserve ou de boîtes en métal léger (céréales bio pour bébé, mélange café-chicoré, etc)

– de couvercles en plastique des dites boîtes pour protéger les mains de nos enfants

– de feuilles blanches ou colorées taille A4

Pour décorer le chamboule-tout, il suffit de découper une bande de papier de couleur ou de papier blanc et de mettre vos petites mains à contribution. Ils seront ravis !

De mon côté,  j’ai utilisé une bande d’illustrations découverte sur Pinterest. En découvrant un petit lapin avec une bouche en croix, je suis allée à la recherche de l’illustrateur via le nom de l’éditeur qui figurait en bas. J’ai ainsi découvert le dessinateur hollandais Dick Bruna et son œuvre. Si vos  enfants sont des fans de Musti (que l’on pouvait découvrir sur certaine chaîne pour enfants du câble), ou bien de Hello Kitty, je vous invite à découvrir l’histoire de Musti, Miffy, Hello Kitty et Cathy depuis la création du premier personnage en 1945, grâce à cette rétrospective passionnante, parue à l’occasion de l’exposition consacrée à Dick Bruna à Mechelen de  février à juin 2012.

On y apprend qu’un procès a été intenté, puis annulé en appel et qu’une partie des sommes dues ont été finalement versées aux victimes du tsunami qui a ravagé le Japon. Une fin d’histoire plutôt honorable.

Si vous ne connaissez pas Miffy, découvrez le site, les jeux, les coloriages.

Il suffit ensuite de scotcher les bandes de papier sur les boîtes, de dégoter une balle en mousse et BAM c’est parti !