Projet 52 photos en-2016 #8 en voyage

Projet 52 photos en-2016 #8 en voyage

Cette semaine dans le défi photo, Carole nous incite au voyage. Alors qu’elle a promené ses bottes rouges Porte de Vincennes pour un périple plein d’imagination, je vous emmène de l’autre côté de la Méditerranée, en Egypte. Il m’a paru encore plus difficile de me limiter à une seule photo, c’est pourquoi je choisis le contraste. Lorsque la lumière donne vie aux bas-reliefs.

etiquettep16-8

voyage-bottes-rouges-dessine-moi-un-prenom

Très bonne semaine à vous, bonnes vacances le cas échéant !

isabelle-dessine-moi-un-prenom

Les contes de notre enfance : Hansel et Gretel

Les contes de notre enfance : Hansel et Gretel

Hansel et Gretel, un conte populaire recueilli par les Frères Grimm, interprété par Dessine-moi un prénom.

hansel-et-gretel-by-dessine-moi-un-prenom2

hansel-et-gretel-by-dessine-moi-un-prenom3

Des tons doux, un bleu mystérieux, c’est dans une grande forêt enneigée qu’Hansel et Gretel ont rencontré la sorcière, celle qui se nourrit des petits enfants en les attirant par la gourmandise. Comme souvent dans mes interprétations des contes, le moment grave est passé, ici Hansel et Gretel tournent le dos à la maison de pain d’épices et rentrent chez eux, sains et saufs.

J’ai toujours aimé ce conte, dans lequel les enfants sont perdus et malmenés, mais qui, de manière ingénieuse, réussissent à vaincre la méchante sorcière en la prenant à son propre jeu et en lui faisant subir le sort qu’elle leur réservait.

Acrylique sur toile

40 x 50 cm

Idée originale Isabelle Bradfer Burdet

A retrouver en boutique

isabelle-dessine-moi-un-prenom

Projet 52 photos en 2016 #7 chaud !

Projet 52 photos en 2016 #7 chaud !

etiquettep16-7Chaud, nous dit Carole, chaud, en février, alors qu’on a tous sorti nos bottes, rouges si possible, et nos parapluies !

Qu’à cela ne tienne, je vous emmène de nouveau en Grèce, dans les Cyclades. Avec une empreinte de plongeur athlétique et beau comme un dieu en train de s’effacer au soleil sur la pierre volcanique et plissée… mais si, fermez les yeux, ce bruit d’eau persistant, ce sont les embruns, et ce vent souffle dans les orgues basaltiques !

chaud-bottes-rouges-dessine-moi-un-prenom

Et je brave l’interdit Carolingien de la deuxième photo pour vous montrer les masques de carnaval terminés. De la couleur ! oui oui, comme la plupart de photos noir & blanc du challenge qui n’en sont pas… J’ai vu un ophtalmo récemment, je vous assure ! Bref, il pleuvait beaucoup cette année, et carnaval a été annulé. deguisement-2-bottes-rouges-dessine-moi-un-prenom

Demain je fais le tour des bars blogs pour me mettre au chaud ! Bon dimanche, bonne semaine !isabelle-dessine-moi-un-prenom

Projet 52 photos en 2016 #6 parapluie

Projet 52 photos en 2016 #6 parapluie

Mais quel joli thème cette semaine chez Carole ! La mosaïque du défi photo des bottes rouges risque fort d’être spectaculaire, et c’est tout ce que je souhaite ! Et aujourd’hui, le parapluie était de mise, rouge à petits pois pour moi, et multicolore pour les enfants. Retour de l’école avec les fripouilles, dont certaines empruntées, sous une éclaircie. Des bottes, des flaques, un parapluie transparent, n’est-ce pas le bonheur ? Bon courage avec ce vent, restez ancrés !

etiquettep16-6
parapluie-bottes-rouges-dessine-moi-un-prenom isabelle-dessine-moi-un-prenom

Que lisez-vous en ce moment #4

Que lisez-vous en ce moment #4

ob_732748_piertraLeonor de Recondo – Pietra viva

Je vous présente aujourd’hui un livre qu’on m’a offert un peu par hasard, lors du dernier Noël. Il y avait trois paquets identiques pour les adultes présents, je suis tombée sur celui-ci et dès l’ouverture, le sujet me plaisait déjà.

Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d’Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre. Lors de ses soirées solitaires à l’auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d’Andrea, il ne cesse d’interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre. Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son œuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michele, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l’affection du petit garçon feront resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo. Parce qu’enfin il s’abandonne à ses émotions, son séjour à Carrare, au coeur d’une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son œuvre. Il retrouvera désormais ceux qu’il a aimés dans la matière vive du marbre.

Pourquoi crée-t-on ? Comment voit-on sur une page blanche, une toile, un bloc de marbre le dessin que l’on a formé ? Comment expliquer aux autres que l’essentiel est là, dans cet acte mûri et que le reste autour n’est que le moyen de nourrir cette création, sans qu’ils vous détestent ou vous repoussent ? Comment analyser le chemin parcouru, l’expérience, les obstacles de la vie, les émotions passées pour aller plus loin encore et mieux les concrétiser esthétiquement ? En un mot, un livre sur l’art, mais avant tout sur l’artiste et son interaction avec le monde.

Un petit bijou, très pur, dégagé de sa gangue, court, efficace et plein de poésie. Je vous le recommande.