Que lisez-vous en ce moment #1

J’inaugure une nouvelle rubrique dans ce blog car c’est l’été, je fais ce qui me plaît ! ^^

Je lis chaque jour, n’importe quoi, tout ce qui me tombe sous la main. C’est bien simple, ma spécialité, c’est l’éclectisme. Je lis des revues ou les livres que mes enfants abandonnent lors de leur passage, quand je suis au petit coin, et même les étiquettes des produits, et bien sûr, chaque soir je lis avant de m’endormir, quel que soit mon état. C’est la transition nécessaire entre l’écran et le sommeil.

Bien sûr, en été, je lis davantage, car les heures disponibles sont plus nombreuses et les occasions plus belles : au frais sous le tulipier, à la plage, dans le canapé… Revues anciennes, livres cinquantenaires de la bibliothèque ou kindle. Je suis fan de cet objet. Léger, maniable, rétro éclairé, contenant tous les livres de mon été, tenant longtemps la charge.

Ecriture – Mémoires d’un métier, de Stephen King (2000)

stephen-king-ecritureJ’ouvre cette nouvelle rubrique avec un écrivain souvent controversé. J’aime cet auteur depuis mon adolescence. Il a commis des livres très moyens, de son propre aveu, des romans de gare, mais aussi de très belles séries, des romans fantastiques, et nombre d’adaptations cinématographiques prouvent son succès. Populaire, certes, mais le snober est dommage car son univers est diversifié et plein de bonnes idées et son style largement dépendant des traductions.

J’ai lu ce livre de Stephen King avec infiniment de plaisir, de concentration, d’empathie. Chose rare chez moi, je pourrais en relire des passages avec bonheur, je l’ai d’ailleurs cité ici même la semaine dernière lors du défi photo. Et pourtant, je n’étais que peu inspirée par ce livre. En effet, je n’aime pas les biographies, je préfère le mystère, je n’aime pas non plus voir la tête des écrivains, de même que je préfère ne rien savoir de la vie des acteurs.

Or, dans ce livre, Stephen King parle de création.
Il parle avec vérité de sa vie et de son expérience, dans une première partie « CV ». Il explique son enfance, les racines de sa créativité, de son instinct, les chances et les mésaventures de l’écrivain en herbe, puis du professeur de lettres. Puis il passe en revue les outils et la discipline qu’il a mis en place tout au long de sa carrière dans une seconde partie, et il faut du talent pour être pédagogue sur un sujet à la fois rebattu et périlleux. Ses conseils en matière d’organisation, de confiance en soi, et en certaines personnes me parlent énormément. Nul doute que ces mots me boosteront dans les moments de doute, dans les moments où l’art doit rester à sa place pour que la vie autour le nourrisse, et non l’inverse.

J’ignorais son addiction à l’alcool et à la cocaïne, mais je retiens de surtout de cette période son regret d’avoir oublié la rédaction de certains romans devenus des succès. Je comprends également mieux certains personnages dépendants de la drogue ou de l’alcool et pourquoi leur profil étoffé.


Et puis, il relate cet accident survenu pendant l’écriture de ce livre. Un automobiliste dangereux et multirécidiviste le renverse, ce qui le condamne à plusieurs opérations et de longs mois de rééducation et de souffrance quotidienne. Il raconte cette sensation d’avoir été la victime d’un personnage de roman, comme lorsqu’on vit à la fois l’événement et qu’on le regarde, avec un brin de dérision, tant c’est incroyable. Cette impression d’être passé à côté de la mort, permet de goûter la vie, de se servir de la création comme d’un radeau pour sortir de la tempête. Cette partie là m’a encore plus parlé que le reste, chamboulée, car elle a fait remonter des événements difficiles de ma propre vie. Quand les heures s’étirent et que manger seule ou tenir un crayon représentent des grandes victoires, tout se teinte de couleurs plus vives. Qu’il faut être sincère pour relater les faits, sans colère, pour en tirer le positif.

Une très bonne surprise que ce roman autobiographique, donc.

isabelle-dessine-moi-un-prenom

3 réflexions au sujet de « Que lisez-vous en ce moment #1 »

  • 31 juillet 2015 à 1 h 24 min
    Permalink

    Moi aussi je l’ai lu assez tard et je ne l’ai pas beaucoup aimé. Peut-être parce que je ne suis pas intéressée par la création comme toi, je ne me suis pas sentie concernée. Mais je comprends en te lisant. Je me souviens que j’avais mieux compris certaines de ces oeuvres grâce à celui-ci, ça j’ai apprécié.

    Répondre
  • 21 mars 2018 à 22 h 15 min
    Permalink

    Quand j’avaid 12 ou 13 ans, mon père, me voyait enchaîner les « chair de poule », m’a orienté vers le maître de l’horreur. J’ai dévoré une partie de ses romans. Christine, Rage, Sac d’os, Misery, Charlie, Marche ou crève, shining, la ligne verte … Bref, j’aime beaucoup. Toute jeune, j’avais très bien compris l’aspect autobiographique de tous ses romans. J’ai bien envie de lire cette réelle autobiographie à présent. Merci pour le partage !

    Répondre
    • 21 mars 2018 à 22 h 22 min
      Permalink

      Oh oui, je crois qu’il te plairait. Il y a des points dans ce récit qui te parleraient, qui permettent de comprendre, peut-être, ce qui nous motive à aller de l’avant, à garder le sourire, à faire preuve d’auto dérision. Tu me diras ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.