Que lisez vous en ce moment #5

Que lisez vous en ce moment #5

la-mecanique-du-coeur_couv« Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l’accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d’éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d’état amoureux. Mais le regard de braise d’une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu’aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l’amour comme sa cruauté. »


J’ai reçu ce livre en faisant suivre la chaîne « Passeurs de livre » initiée par une amie. J’étais prête à découvrir un petit livre sans prétention, écrit par Matthias Malzieu, également chanteur du groupe de rock français, Dionysos. Je ne connais ni l’homme ni les chansons, je partais donc plutôt objective. Hélas, je ripais dès les premières phrases. Rythme enlevé, incisif, efficace… pendant deux pages. Allitérations, romantisme poussif, dialogues surannés, à la cinquième page je soupirais. Pourtant l’univers créé par Matthias Malzieu est étrange, plutôt fascinant, servi par un vocabulaire souvent à la marge, façon poulbo du XIXème siècle, entre la Reine des neiges (l’original d’Andersen) et Tim Burton. Mais l’ensemble est long et aurait gagné à être dégraissé. Heureusement, la fin est à la hauteur car elle aurait pu elle aussi être ratée. Ce n’est pas à Olivia Ruiz, malgré la dédicace en épilogue que revient la palme de l’avoir corrigé, l’éditeur n’a simplement pas fait son boulot. C’est dommage, ça aurait pu être réussi, c’est juste moyen, voire ennuyeux. Et l’image de la femme n’est pas glorieuse, de la mère adoptive abusive à la chanteuse aux répliques prévisibles, nous ne sommes pas à l’honneur.

Un petit bouquin ni précieux ni fascinant, et qui, malheureusement, ne me donne pas envie de découvrir les autres. Je lui laissais le bénéfice du doute en ne mélangeant pas chansons et livres, ma foi, j’espère que l’auteur est meilleur chanteur.

Si vous aussi désirez faire partie de cette chaîne de livres, n’hésitez pas à me contacter. En quelques semaines, plusieurs livres sont arrivés sur ma table de chevet dont deux pépites que je ne tarderai par à vous présenter.

isabelle-dessine-moi-un-prenom

[Contes] La princesse au petit pois

[Contes] La princesse au petit pois

La Princesse au petit pois est un célèbre conte, d’origine danoise, écrit par Hans Christian Andersen. C’est un conte que j’aime beaucoup, qui évoque la sensibilité des jeunes filles et le miroir des apparences. Le voici en substance :

Dans un lointain royaume, un gentil prince est à la recherche d’une princesse pour l’épouser. Mais aucune des prétendantes qui lui sont présentées et qu’il a rencontrées pendant sa quête ne trouve grâce à ses yeux. Une nuit d’orage, une jeune femme se présente à la porte du château royal pour demander l’hospitalité. Elle est trempée, ne porte pas de couronne et elle n’a pas de servante. La reine, bien décidée à trouver une épouse digne de son fils, l’accueille et concocte une sorte de test. Après l’avoir réchauffée et nourrie, elle la fait dormir sur une pile de matelas et d’édredons sous laquelle elle place un petit pois. Le lendemain matin, au moment du petit déjeuner, la reine demande à la princesse si elle a bien dormi. Cette dernière lui répond qu’elle a passé une nuit épouvantable, car quelque chose de dur lui a fait mal au dos toute la nuit. La reine décrète alors qu’une peau aussi sensible ne peut être que celle d’une vraie princesse. Le prince, convaincu de sa délicatesse et de sa sensibilité, l’épouse. Le petit pois est désormais exposé dans le musée royal.

tableau-chambre-petite-fille-princesse-au-petit-pois-isabelle-bradfer-burdet-dessine-moi-un-prenom

Ce joli conte parle aux filles comme aux garçons. Il ne faut pas s’arrêter aux apparences au risque de ne pas faire de belles rencontres. La princesse, l’élue, est celle qui fait preuve de sensibilité et d’empathie. Une belle idée de cadeau pour une naissance, un baptême, un anniversaire.

J’ai eu envie de peindre cette histoire, en particulier l’amoncellement de matelas et de couettes sur lequel est étendue la princesse. Les différents tissus, les motifs, les couleurs de cette tour en font une image chaleureuse et drôle ! Vous pouvez commander une toile originale, ou une impression sur toile de très bonne qualité (châssis en épicéa entoilé, coton peint sur les côtés, pratique à accrocher, ne nécessite pas de cadre. L’épicéa est issu de cultures européennes et les encres employées sont sans danger pour les chambres d’enfant).

Découvrez la Princesse au petit pois dans la boutique

Et vous, que vous inspire ce conte ?
Lors d’un marché de créateurs, une dame, d’origine anglaise, est venue admirer cette toile. Elle était très émue. Son mari l’accompagnait. Elle souffrait d’arthrite et son époux la surnommait La princesse au petit pois pour son hypersensibilité. Cette discussion m’a beaucoup touchée.
Retrouvez également
 isabelle-dessine-moi-un-prenom

[Collection Fantasy] La biche au bois

[Collection Fantasy] La biche au bois

la-biche-au-bois-tablea-princesse-dessine-moi-un-prenom***

Une jeune femme assise à distance éloignée d’un château, victime d’un mauvais sort jeté par une fée, se transforme en biche malgré elle. C’est l’histoire inventée par Mme d’Aulnoy et publiée en 1698 dans ses Contes de fées.

Un roi et une reine vivaient heureux dans un royaume en paix. Il ne manquait d’une enfant pour que leur bonheur soit complet.Après une longue attente et beaucoup) e désespoir, la reine réussit à mettre au monde un enfant grâce à l’aide d’une fée (la fée de la fontaine, qui prend la forme d’une écrevisse), et de ses sœurs. Malheureusement, lors du baptême, le roi et la reine oublient d’inviter la fée écrevisse. Celle-ci, se sentant lésée, jette un mauvais sort à la petite princesse, qui ne doit pas voir le jour avant ses 15 ans au risque de se transformer en biche. Les fées et la reine conviennent qu’il faut construire par la magie un palais sans fenêtres, muni d’une porte souterraine. La jeune princesse y reçoit son éducation et est informée des actions héroïques du roi. Des portraits de la jeune fille sont peints et distribués dans les royaumes en vue de son mariage et de sa sortie prochaine, à l’âge de 15 ans. Un jeune prince amoureux du portrait réalisé chez la demoiselle réussit à convaincre son père de faire voyager la jeune fille pour l’épouser. Un long voyage en carrosse fermé commence, mais elle est trahie par sa dame d’honneur et, sous la lumière du jour, se transforme en biche et s’enfuit. La dame d’honneur, dissimulée en fausse princesse, se rend auprès du prince qui démasque la supercherie. Pendant ce temps, la jeune princesse est contrainte de s’habituer à sa métamorphose et se cache avec l’une de ses servantes dans une cabane isolée. S’ensuit un cache-cache entre le prince et l’animal et une douce amitié la journée. Mais le prince finit par blesser la biche lors d’une chasse. Alors qu’elle est transformée de nouveau en princesse et soignée par sa servante, le prince la surprend dans la cabane, ce qui met un terme à la métamorphose. Le mariage des amoureux est célébré pendant des jours.

Le conte se termine ainsi :
[…]les aventures de Bichette Blanche ont été chantées par tout le monde.

La princesse trop empressée

De sortir de ces sombres lieux,

Où voulait une sage fée

Lui cacher la clarté des cieux;

Ses malheurs, sa métamorphose,

Font assez voir en quel danger;

Une jeune beauté s’expose,

Quand trop tôt dans le monde elle ose s’engager.

O vous à qui l’Amour,

d’une main libérale,

A donné des attraits capables de toucher,

La beauté souvent est fatale,

Vous ne sauriez trop la cacher.

Vous croyez toujours vous défendre,

En vous faisant aimer,

de ressentir l’amour:

Mais Sachez qu’à son tour;

À force d’en donner,

On peut souvent en prendre.

 Retrouvez le tableau et la collection Fantasy en boutique

Un tableau très doux, tout de bleus et de vert pour de jolies princesses.

Un cadeau parfait pour un anniversaire

Dimensions : 30 x 30 x 1.5 cm

Création originale : Isabelle Bradfer-Burdet

Fabrication française

fantasy-fb-dessine-moi-un-prenom

Et vous, que vous inspire ce conte ?
Retrouvez également

isabelle-dessine-moi-un-prenom

Sur les ailes du vent

Sur les ailes du vent

Dans la collection Fantasy, je vous présente une nouvelle toile tout juste vernie, que j’ai intitulée « Sur les ailes du vent ». Dans un désert, sous un chaud soleil, un jeune homme voyage sur un tapis volant. Il va droit vers l’Est, poussé par le vent. Des tons chauds, un contraste de couleurs vives pour un tableau à la fois gai et qui incite au rêve.

Un tableau idéal dans une chambre de garçon, pour inciter à la contemplation et à la rêverie.

Un cadeau parfait pour un anniversaire original.

tableau-tapis-volant-aladin-dessine-moi-un-prenom-blog

isabelle-dessine-moi-un-prenom

Japon intemporel

Japon intemporel

Un extrait de la nouvelle collection 2014 en cours de réalisation. Voici une toile de la série Fantasy d’inspiration japonaise.

Le point de départ de cette œuvre est un tissu japonais que j’aime beaucoup, bleu-vert où nagent des petites carpes rouges ou blanches. J’ai imaginé un paysage zen dans lequel une jeune femme douce et calme, à genoux, joue au bord de l’eau avec un banc de poissons. Le vert d’eau et le vert émeraude alliés au rouge vermillon confèrent sérénité et force à cette image.

Un tableau idéal pour une chambre de jeune fille, un cadeau original et unique, fabriqué en France.

Cette série aura comme base commune le format carré, le cadre large qui ressemble à un tissu imprimé et sert d’écrin et une scène d’inspiration médiévale fantastique. A paraître bientôt Le dragon qui aimait les contes.

Découvrez cette toile en boutiquejapon-intemporel-dessine-moi-un-prenomJe trouve cette toile très apaisante. Est-ce que ça vous plaît ?

isabelle-dessine-moi-un-prenom