[Interview] Les livres et les mots de Marion

[Interview] Les livres et les mots de Marion

Interview

Les livres et les mots de Marion

Par Dessine-moi un prénom

 

Bonjour Marion, tu es une blogueuse et avant tout une maman à temps plein depuis quelques années maintenant. Tu es l’auteur de deux blogs, 29 novembre et Coucouche panier, papattenrond, dodo baigneur, qu’est-ce qui t’a amenée à créer et gérer deux pages internet ? et d’où viennent ces noms originaux ?

J’ai découvert l’univers des blogs assez tard, en 2010, pendant ma deuxième grossesse, en dévorant des blogs comme Les Mamans testent, Jaddo, Petit précis de grumeautique, Femme sweet Femme… De mon côté, j’ai toujours écrit, depuis toute petite… J’avais envie de me lancer, mais l’impression de ne pas avoir beaucoup de choses à partager, de ne pas avoir le talent des auteures de blogs que je lisais. Début 2012, j’ai réalisé qu’on me demandait souvent conseil pour des livres pour enfants, ma grande passion, alors j’ai créé Coucouche panier.

Blog de lecture Coucouche Panier Papattenrond Dodo Baigneur

Au départ, je pensais y parler de livres surtout, mais aussi de petits mots de mes enfants, d’anecdotes… Au fur et à mesure, j’ai réalisé que ce n’était pas possible, c’est un blog de livres, et je ne voulais pas tout mélanger. Alors à l’été 2012, j’ai ouvert 29 novembre. J’ai mis plus de deux mois avant de publier le premier article. Et c’est grâce à mon petit frère que je me suis lancée, il m’a vexée en me disant que j’avais arrêté d’écrire depuis que j’avais des enfants. Les sujets sont venus petit à petit, et les encouragements de mes lecteurs m’ont donné confiance en moi. Depuis j’ai la sensation d’avoir trouvé mon style, j’ai moins d’appréhension quand je publie un article. C’est une expérience incroyable de se rendre compte que nos mots touchent, qu’on est capable de partager ses émotions, de donner envie au lecteur de partager les siennes en commentant…

29 novembre

Pour les noms, pour Coucouche panier, c’est un hommage aux mots d’enfants. Lorsque j’étais petite, mon papa nous disait le soir : « Allez au lit !, cou-couche panier, pa-patte en rond, dodo baigneur… ». Et moi, une fois je lui ai répondu: « Papa, ça veut dire quoi ‘tenron’ »… Ce n’est pas le premier nom qui m’est venu, mais « Minute papillon » était déjà pris… Et je ne regrette pas, même si celui-ci est difficile à mémoriser, et donc à retrouver !

Pour 29 novembre, c’est simplement la date de naissance de mes deux enfants. Ma fille est née le 29 novembre 2008, et mon fils le 29 novembre 2010. Alors le nom est venu comme une évidence. Niveau anonymat ce n’est pas le mieux, je suis vite identifiée par ceux qui me connaissent…

Partager ses choix éducatifs, est-ce facile ?

Je n’ai pas l’impression de partager mes choix éducatifs, je partage des moments de vie, des anecdotes, même si cela m’amène à parler d’éducation, ce n’est pas le but premier de ce blog. Je partage avant tout des émotions, donc ça ne me parait pas si compliqué, j’ai toujours eu une facilité à écrire, et c’est plus simple d’écrire pour partager ce qu’on ressent, que pour faire une dissertation…  Par contre, je me censure, il y a des choses trop intimes que je ne partage pas.

Tu écris facilement, avec émotion, humour et une bonne dose d’autodérision, comment prend-on de la distance avec ce que l’on vit ?

D’abord merci beaucoup pour le compliment !

Et pour la distance… c’est une question de survie ! Avoir des enfants, c’est un bonheur immense, c’est la découverte de cet amour unique, viscéral, que l’on partage avec eux. Mais pas que. Avoir des enfants c’est aussi une bonne dose d’angoisse, de fatigue, et d’énervement. Ils sont adorables mais ils nous bouffent aussi un peu. Avoir des enfants, c’est aussi devoir râler pour qu’ils rangent leurs chambres, ne nous escaladent pas dès le réveil, ne se relèvent pas mille fois le soir… C’est aussi accepter qu’ils entrent dans les toilettes pour discuter quand on y est, ou bien laissent la porte de la salle-de-bain ouverte en plein hiver quand on est sous la douche. Voilà, c’est tout ça, c’est les bisous-prout sur le ventre, c’est des rires en cascade et des crises de nerfs des deux côtés. Ici en plus, je suis en congé parental, du coup l’humour, le second degré, c’est une soupape. C’est ma façon d’éviter le burn out. Sans cela, je craquerais beaucoup plus, je crierais encore plus… Enfin, le blog m’aide aussi : quand je vis une situation difficile ou rigolote, je me demande comment je vais pouvoir le raconter sur le blog, C’est un bon exercice pour prendre du recul !

 

Quel est l’univers de tes livres préférés ? Comment choisis-tu les livres que tu proposes à tes enfants ?

Pour moi ? Je lis tout ce qui me tombe sous la main. Selon les périodes je vais lire du sérieux, du policier, de la science-fiction, du fantastique… Je n’ai pas d’univers préféré. J’aime flâner dans les librairies, je choisis mes livres au coup de cœur. Mes plus gros coups de cœur ? Bérénice de Racine, la saga L’esprit de famille de Janine Boissard, Les Harry Potter

Pour mes enfants c’est un peu pareil, je feuillette, je craque sur les illustrations, ou la poésie du texte… Au début, j’étais un peu perdue, car dans les livres pour enfants il y a vraiment de tout ! Mais je voulais sortir de l’imagerie des bébés et j’en avais un peu marre des Petit ours brun. J’ai découvert deux sites, le blog : La bibliothèque de Chlop et l’arbre à livres.

Au départ, j’ai beaucoup choisi grâce à ces deux sites, Chlop est une professionnelle et une passionnée, elle présente vraiment de très beaux livres, je vous conseille d’aller faire un tour chez elle !

L’arbre à livres est un site où tout le monde participe pour présenter et noter des livres, j’y ai découvert Chhht, un gros, gros coup de cœur !

Maintenant, je me fais confiance, je connais mieux les auteurs, les éditeurs, j’arrive à dénicher des perles comme une grande ! Et surtout j’aime feuilleter, lire. Je m’assoie parfois dans le rayon avec une pile de livres, et je les lis tous… je suis sûre que ce que j’achète me plaît, c’est la condition quand je leur choisis un livre.

 

Quel est le top 5 des livres à emporter dans sa valise

 

Les enfants sont assez grands maintenant, ils choisissent eux-mêmes leurs livres quand on part, mais bon, je vais quand même tenter une réponse, pour des enfants de 3 à 5 ans, je prendrais ça :

Chht

Ah bon ? On avait dit cinq ? En matière de livres, je ne sais pas être raisonnable !

 

 

A quoi ressemble ta bibliothèque ? Comment tes enfants appréhendent-ils la lecture : à table, dans le canapé, à terre ? Est-ce rangé, en vrac, quelle est la place du livre en tant qu’objet dans votre maison ?

Ma bibliothèque ? Elle contient de tout, du classique et du J. K Rowlings, du Musso et du Gavalda… Mais elle ne ressemble à rien ! A cause d’un désaccord avec l’homme de ma vie. Chez mes parents, les murs du salon étaient recouverts d’étagères, pleines de livres. Le livre n’avait rien de sacré et il était en libre-service. Chez les parents de mon homme, quelques Zola reliés s’exposent dans une vitrine et en dehors de ça, pas de livres ailleurs que cachés dans des placards. Pour mon homme, hors de question d’exposer mes livres de poche, c’est moche (mais moi je trouve ça moche de mettre 20 euro simplement pour avoir la jolie édition). Du coup, sur le palier j’ai deux vieilles bibliothèques achetées pas chères dans un célèbre magasin suédois lorsque j’étais étudiante, dans lesquels j’entasse quelques livres… D’autres prennent la poussière dans l’escalier du grenier, certains attendent une nouvelle heure de gloire (ou que je fasse une brocante !) dans un carton à la cave… Par contre on a une belle collection de BD au salon…

Mes enfants lisent où ils veulent, comme ils veulent, mais c’est souvent dans leur lit, leur fauteuil dans leur chambre, ou le canapé. Je commence aussi à retrouver leurs livres dans les toilettes…  De toute façon, tous les soirs ils s’endorment après avoir eu chacun leur histoire, c’est un rituel. La place du livre est très importante à la maison, je lis des livres aux enfants depuis tous petits, et ils aiment vraiment ça. L’objet en lui-même n’est pas sacré (sauf les livres de Balthazar !),  je leur demande juste de les respecter, on ne les laisse pas traîner par terre, on ne marche pas dessus, on ne dessine pas dessus…

 

La bibliothèque de Marion La bibliothèque de Marion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du livre à l’histoire animée

Nombre d’histoires écrites ou orales sont désormais portées à l’écran. Le dessin animé fait-il partie des activités que tu partages avec tes enfants. Quels sont ceux que tu recommandes ?

petite-taupeJe me méfie un peu des dessins animés. Parce que je suis tombée dans le panneau. Mes enfants ont 2 ans d’écart, et la première année de mon fils a été assez éprouvante. Du coup, j’ai pas mal usé du joker DVD lorsque ma fille était petite, Petit ours brun et Tchoupi, ont eu la part belle, ça me donnait du temps pour souffler. Mais je ne supporte même pas l’idée d’en revoir un…

J’ai découvert cette année La petite taupe, qui n’est pas mal du tout, c’est un dessin animé presque sans parole, la musique n’est pas abrutissante et mon fils aime beaucoup.

Mes enfants réclament Tracteur Tom en ce moment, sinon je leur mets Didou, j’aime bien, j’essaye de dessiner en même temps que Didou, mais je ne suis pas très douée…

Sinon, on regarde des Disney mais il faut vraiment être vigilent et regarder avec eux, il y a des scènes de certains dessins animés qui sont très violentes et qui peuvent choquer les plus jeunes. Ici, ma fille aime beaucoup Fée Clochette, on les a donc tous, elle aime aussi Raiponce. Elle trouve les autres trop longs…

 

Gérer une bibliothèque virtuelle, rédiger, en faire la diffusion sur les réseaux sociaux demande du temps et de l’organisation. Est-ce facile d’être une maman blogueuse, envisages-tu de travailler un jour dans une médiathèque ?

C’est vrai que ça demande de dégager du temps. Mais je ne me mets pas la pression, et j’écris quand je peux. Maintenant avec des enfants de 2 ans et demi et 4 ans et demi, c’est quand même plus simple, ils sont assez autonomes dans leurs jeux, ça me laisse du temps. Mais si on regarde de plus près, mon blog de livres n’est pas alimenté aussi souvent que j’aimerais, et 29 novembre subit des désertions régulières. Ça correspond aux maladies, aux journées où les enfants sont trop bruyants, aux urgences lessives…Alors ce n’est pas facile au niveau organisation, parce que ça me prend du temps que je ne consacre pas à mes enfants ou mon compagnon. Et qu’on n’est pas toujours comprise : « tu vas lâcher ton ordi » mais tant que ça reste un plaisir avant tout, c’est du bonheur !

Et oui, j’aimerais beaucoup travailler dans le département jeunesse d’une médiathèque. J’ai fait des études de lettres, j’aime les livres passionnément, alors ça serait l’occasion de faire le lien entre mes études, mes goûts, ma vie de mère…

 

 

En tant que blogueuse adepte des tutoriels, j’ai beaucoup aimé ta réalisation de la kermesse de l’école et de tous les ateliers qui la composent. Tu es une organisatrice hors pair ! Ce qui fait beaucoup de cordes à ton arc. Etait-ce une expérience plaisante ?

Au quotidien, je ne suis pas organisée. Je suis du genre à tout remettre au surlendemain, je vis au jour le jour. J’avoue m’être surprise moi-même niveau organisation pour cette kermesse. C’était une expérience vraiment chouette ! D’abord parce que c’est mon projet, j’avais envie d’organiser ça depuis l’an dernier, alors ça m’a vraiment fait plaisir que les enseignantes me fassent confiance. Ensuite parce que c’est vraiment chouette de tout préparer en imaginant le bonheur des enfants. Puis après quatre ans sans bosser à l’extérieur, mener des réunions, porter un tel projet et le voir aboutir… ça fait du bien ! On a tendance à ne pas se sentir très valorisée avec un quotidien ménage/enfants/linge, alors ça remonte sacrément le moral de savoir qu’on est capable de gérer une kermesse. Alors c’est sûr que c’était beaucoup de stress, mais les sourires sur les visages des enfants, c’était un vrai bonheur !

Comment organiser une kermesse

Etre une maman qui pense tous ses choix, c’est une tendance actuellement. Comment définirais-tu cette étape de ta vie qui te conduit à partager avec nous grâce à l’interface du web ?

On a la chance aujourd’hui en quelques clics d’avoir accès à une foule de renseignements, c’est pratique et rassurant, mais aussi source d’angoisse… je pense que nos mamans marchaient plus à l’instinct, et qu’elles ne se prenaient pas autant la tête !

Personnellement, j’aime ce partage. Comme toute maman, j’aime parler de mes enfants qui sont évidemment les plus beaux, les plus sages, les plus merveilleux…j’aime lire des blogs qui me montrent que c’est pareil chez les autres, que tous les enfants sont les mêmes… du coup j’aime l’idée que mes lecteurs puissent trouver ça chez moi, ce côté universel, ce que ça a de rassurant, dans nos pseudos échecs tout comme nos plus belles réussites… Nos moments de honte extrême en public par les doux mots d’enfants et nos moments d’échanges précieux…  

Roudoudou et Fée coquinette avec Chhht et Caca boudin

 

Merci Marion d’avoir répondu à mes questions ! Je nous souhaite encore beaucoup de lecture et de réflexion !

 

Retrouvez Marion sur ses deux blogs

29 novembre : http://29novembre.com/

Coucouche Panier Papattenrond Dodo baigneur : http://dodobaigneur.canalblog.com/

et sur la page Facebook : https://www.facebook.com/coucouchepanier.papattenronddodobaigneur

isabelle-dessine-moi-un-prenom

[Interview] Chez Gazouillis et compagnie

[Interview] Chez Gazouillis et compagnie

Bonjour Pascale, tu es la créatrice de Gazouillis et Compagnie, et tu réalises de magnifiques tricots et layettes pour les petits, tenues, ensembles, chaussons, bonnets, que l’on peut retrouver dans ta boutique.

Merci d’avoir accepté de nous en dire plus sur ton activité.

 

 

En découvrant ton site, c’est la cigogne qui attire l’œil, sont-ce les gazouillis des bébés qui t’ont inspiré ce nom ?

Oui Isabelle, c’est tout à fait ça ! En fait, j’étais à la recherche d’un nom pour mon site lorsque ma fille m’a annoncé que j’allais devenir mamie pour la première fois. Instantanément après cette belle nouvelle, je me suis dit que j’allais entendre à nouveau « gazouiller » dans cette maison et « compagnie » car avec cinq enfants, on nous a souvent appelés « la compagnie ».

 

Tricoter, une passion ?
A la lecture de ton blog, on peut découvrir l’histoire du tricot. Plus de 4000 ans pour les pièces les plus anciennes. Habiller les bébés, les grands, et couvrir leur cou, leurs mains, leurs pieds avec des matières naturelles est une tradition, que représente cette longue lignée à tes yeux ?

Cela représente à la fois un grand mystère, car je me demande encore comment un jour quelqu’un a eu l’idée de « croiser » des fils, et une admiration sans borne pour ce créateur d’antan. Aujourd’hui, nous avons vraiment tout un tas de techniques, de machines et de supports pour nous inspirer, nous aider et nous faciliter la vie, mais à l’époque ils n’avaient que leur tête et leur dix doigts et cela m’impressionne réellement de savoir que 4000 ans plus tard nous continuons, grâce à un illustre inconnu, de pratiquer cette activité. Finalement nous n’avons rien inventé !

Comment en es-tu venue au tricot ?

Du plus loin que je me souvienne, mes doigts ont toujours obéi à ma tête….tricot, métier à tisser, appareil pour faire des fleurs, point de croix, broderie, crochet, dessin, peinture, couture… Chaque Noël ou anniversaire était l’occasion de me les faire offrir. Mais c’est dans le tricot que je « m’éclatais le plus ». Ma maman tricotait beaucoup, et à l’âge de 6 ans j’ai voulu, moi aussi, habiller mes poupons. Ma mère m’a appris à faire sur des crayons de couleurs afin que je ne me blesse pas, car j’étais déjà très « speed ». Dans un premier temps, mes poupons ont eu beaucoup d’écharpes, puis des vêtements. Voyant que cette passion ne me lâchait pas maman n’a pas rechigné quand à 11 ans je lui demandais de m’acheter de la laine pour réaliser mon premier pull, le fameux pull tube des années 70 ! Et depuis je n’ai jamais arrêté. Au collège, j’ai initié trois de mes meilleures amies, nous tricotions sans relâche entre midi et 14 heures, le même pull dans 4 coloris différents, faisant fi des moqueries de nos camarades. Dans les années 80, la laine n’était pas très chère, toute ma famille a donc profité de mes tricots, toutes les occasions étaient bonnes pour leur offrir un pull !

 

Tu es maman, et plus, et même grand-maman si je ne m’abuse. Quand as-tu commencé à tricoter tes merveilles pour les petits ?

Mes premières créations datent de l’époque où j’attendais mon fils ainé, il y a 27 ans…Le modèle Berlingot (brassière naissance) fut ma première création de layette.En 1981, du haut de mes 18 ans, je travaillais dans une maternité, et je trouvais que toutes ces mamans qui avaient dans leur valise les mêmes layettes, Phildar et Pingouin (à l’époque deux marques phares dans le domaine du tricotage « populaire ») manquaient terriblement d’originalité, et je m’étais alors promis que mes bébés auraient des vêtements différents des autres. J’ai toujours eu de belles remarques concernant mes layettes, que ce soit à la maternité, en famille, de la part de mes amies. Les années ont passé, avec toujours dans un coin de ma tête l’envie, mais sans savoir comment faire, de commercialiser mes propres créations.
Il y a 4 ans, après avoir mis en place un marché de Noël dans l’hôpital où je travaille, j’ai créé un tas de petits modèles qui ont obtenu un accueil plus que chaleureux. L’année suivante, idem, j’ai même été obligée de prendre des commandes car il n’y en avait pas assez pour tout le monde ! Devant un tel succès, enfants, mari, collègues tout le monde m’a poussée à « professionnaliser » ma passion. J’ai beaucoup hésité, et puis je me suis dit qu’après tout je ne risquais rien…Cela fait à présent 29 mois que « Gazouillis et Compagnie » existe, je ne suis jamais restée sans commande à tel point que pour réussir à tricoter pour mon petit amour de Loan (mon petit-fils) je suis obligée de me dire que ma fille est une cliente et de planifier ses tricots au milieu de mes commandes… Je suis vraiment ravie. Un seul bémol, le temps me manque pour de nouvelles créations en attente dans un coin de ma tête !

Comment définirais-tu ton univers créatif ?

Mon univers créatif est rempli de tendresse et de douceur, de peps et d’originalité, d’une touche intemporelle et d’une touche de modernité.

Des chaussons à boucle, des layettes torsadées, des laines chaleureuses, des couleurs tendres, quelle est ton inspiration ?

Une couleur, une odeur, une texture, l’humeur du jour, le temps qu’il fait, une photo, un paysage….tout est pour moi source d’inspiration, dès l’instant que se dessine le modèle dans ma tête, telle une évidence. Une hésitation, si minime soit-elle, et hop je sais d’instinct que ça n’ira pas ! Pourquoi, comment…..je ne le sais pas, c’est comme ça !

Comment se passe le processus de création d’un ensemble Gazouillis et compagnie ? Dessine-tu tes modèles ?

En règle générale, non. Cela m’arrive, lorsque plusieurs modèles sont enfouis dans ma tête, j’ai toujours peur de les « oublier », alors je fais quelques esquisses. Cela m’a d’ailleurs joué des tours….Je me répète, mais je tricote d’instinct, parfois lorsque j’ai un coup de foudre pour un coloris, mes mains démarrent sans que ma tête sache où nous nous embarquons….(exemple : Romantique et Belle Dentelle, Torsades Nordiques, Bonjour la Terre, pour ne citer qu’eux) du coup ça monte tranquillement et bien sûr je ne prends pas de notes (enfin ne prenais pas de notes) et puis, quand les commandes ont commencé à arriver, j’en suis venue à m’arracher les cheveux, me demandant combien de mailles j’avais mis, comment j’avais fait, pourquoi…..et ce fut une belle galère que de faire et défaire pour y arriver !
Maintenant, je tricote avec l’ordinateur posé sur le canapé, et je note à mesure que je termine un morceau et lorsque je sais que je n’y apporterai plus de modifications.

Quelles sont tes matières, tes techniques préférées ?

J’aime toutes les matières que je propose depuis 1 an. Au départ de mon activité, je proposais aussi bien des fibres mélangées telles que l’acrylique, le polyamide…mais après avoir goûté aux matières nobles que je propose, je ne veux plus y revenir. Ceci-dit, le coton et soie découvert cet été est d’une grande douceur.
Je viens récemment de tester le cachemire, et là j’avoue que c’est du pur bonheur !

Je suis une grande débutante, adepte du point mousse et des grosses aiguilles pour une rien te cacher, que conseillerais-tu à celles qui auraient une envie folle de tenter autre chose qu’une couverture de poupée cet hiver ?

Si c’est pour adulte, je conseillerais snood et bonnet, très faciles à réaliser et avec de grosses aiguilles et de la grosse laine. Ça avance tout seul.
Pour un bébé, je verrais plutôt des chaussons comme « Ecolo » ou un bonnet de forme très classique, comme par exemple « Classique Chic ».
(NDLR : Retrouvez les tutoriels Gazouillis et compagnie ici )

 

Quelle est la création qui te ressemble le plus ?

Rhoooo difficile de répondre, bien qu’elles me ressemblent forcément toutes, j’hésite entre deux. J’aime la douceur des coloris et de la forme de Poyures, et son côté un brin original par le mariage des rayures et des pois, et Turquoise, avec ces coloris toniques et plein de peps.

Voici le choix de la rédaction : les torsades nordiques

Ces torsades sont splendides, elles existent qui plus est dans deux matières, et plusieurs couleurs.

Excellent choix ! Ce modèle fait partie de mes préférés avec Poyures et Lutin Lutine car ils ont tous été créés au départ pour mon petit amour de Loan !

Merci Pascale !

Retrouvez les créations de Pascale dans la boutique  Gazouillis et Cie et sur Facebook

La dernière boutique Bulle de cachemire

ainsi que dans les fiches de Marie-Claire : Joli lutin, Tendre guimauve, Sélection de la semaine de Marie-Claire.