[DIY] Fabriquer une bougie anti-moustiques

Il fait beau, il fait chaud, le soleil se couche tard et nous aimons profiter des longues soirées du printemps à l’automne, ma saison préférée. Hélas, corollaire désagréable, les moustiques aussi apprécient nos agréables moments dehors pour faire un festin de nos chairs appétissantes.

C’est pourquoi avec ma fripounette, nous avons décidé d’y remédier en fabriquant des bougies anti-moustiques naturelles.

C’est le tutoriel que je vous propose et qui répond à la question du mois du challenge P12, à savoir : Quelle saison seriez-vous ?

Ingrédients pour une bougie de 150 ml :

  • 100 g de cire d’abeille blanche en paillettes
  • 20 ml d’huile végétale (macadamia pour moi)
  • 40 gouttes d’HE de citronnelle
  • 20 gouttes d’HE géranium
  • 5 gouttes d’HE de bergamote

Matériel :

  • Balance
  • Casserole
  • Récipient pour faire fondre la cire au bain-marie
  • Fouet ou spatule
  • Bocal, verre ou tasse
  • Mèche
  • Baguette en bois

Etape 1 : Peser les paillettes de cire d’abeille

Etape 2 : Chauffer les paillettes de cire, puis ajouter l’huile végétale.

Etape 3 : Retirer le mélange du feu et ajouter les Huiles essentielles.

Etape 4 : préparer le contenant en installant la mèche et la baguette qui la maintiendra verticale, puis verser le mélange encore chaud.

Etape 5 : Laisser refroidir et profiter de longues soirées tranquilles !

Pour participer au Challenge créatif P12, rejoignez-nous sur le groupe et pour visualiser les autres participations, visitez le blog de Miss Cata, notre muse es tutoriels !

[P12] La peinture au gros sel

Après la gourmandise, le lieu de rêve, la créature fantastique, ce mois-ci le Projet 12 prévoyait que nous plancherions sur une autre facette de notre personnalité :

Bien qu’étant du signe astrologique de la balance et donc de l’élément Air, je me sens plutôt fille de l’Eau. C’est mon élément, depuis le bain avec charlotte sur la tête, aux cours de natation, jusqu’aux longueurs dans la mer déchaînée les jours de tempête.

Puisant dans cette idée de l’eau et de la mer, j’ai eu envie d’essayer pour la première fois une technique que les instituteurs connaissent bien pour la mettre en pratique en maternelle : la peinture au gros sel.

Le matériel b’est pas très compliqué : une feuille de papier 300 g, de la peinture aquarelle ou de la gouache, du gros sel (de Guérande pour nous), de l’eau et des pinceaux.

Appliquez du scotch sur la feuille pour délimiter la surface à peindre, puis humidifiez-la.

Passez plusieurs couches de peinture plus ou moins épaisses.

Disséminez du gros sel irrégulièrement sur la surface, de haut en bas.

Admirez les effets surprenants que provoque cette réaction ! Le gros sel absorbe la peinture, parfois jusqu’au papier, et laisse des endroits plus sombres entre chaque surface absorbée.

Laissez ensuite sécher puis ôtez le gros sel.

Et voilà !

On y voit selon les gens des choses différentes. Moi j’aime y voir de l’eau. Alors j’ai fait la même chose dans la partie haute et inversé l’intensité des couleurs.

Mon amoureux, une petite bicoque, des rochers accidentés, la mer, un livre et de quoi dessiner, le bonheur !

Si vous voulez rejoindre le challenge du P12 (12 mois = 12 défis créatifs), venez sur le groupe Facebook vous présenter.

Et pour vous convaincre, venez donc voir les autres participations sur le blog de Miss Cata

[DIY] Maison de Barbie – Soirée sushi (P12)

Avec mon amoureux, nous sommes très branchés Sushi. On adore ça, c’est simple, on pourrait en manger tous les jours, à tous les repas. Pas seulement des suhsi, hein, bento, soupe miso, riz vinaigré, maki, chirashi et des pâtisseries au thé matcha , des mochi… vous avez compris !

Et ce mois-ci, c’était la Saint Valentin, alors la soirée du samedi a été dignement fêtée avec la découverte d’un restaurant spécialisé dans les bento, les tapas, ou mini-portions : « Beige », dans le 5e arrondissement de Paris. Une ambiance feutrée, dissimulée aux regards depuis la rue et des saveurs fabuleuses agrémentées de bière au yuzu.

Si je vous parle cuisine asiatique, c’est pour vous présenter ma participation au Projet 12 Créatif ! En effet, le thème de février est  « Si j’étais une gourmandise ».

J’ai choisi de réaliser des miniatures en pâte polymère pour que les poupées Barbie aient aussi leur soirée en amoureux.

Si vous ne connaissez pas encore notre maison de Barbie homemade, voici la cuisine ! Notre petit couple déguste son coktail.

Pour découvrir les autres tutos Maison de Barbie :

Nul besoin de longs discours sur la fabrication. J’ai utilisé un tout petit rouleau pour aplatir les plateaux et une aiguille à laine pour le riz, ainsi qu’un scalpel pour la pâte à sucre (ou le scrapbooking) pour les petites pièces comme les maki. Cuisson à 110° pendant 30 minutes dans un four réservé à cet usage.

Je vous fais la description de la serveuse : au premier plan, un plateau de chirashi au saumon mariné et à l’avocat sur du riz vinaigré, avec du gingembre confit, au second plan et à droite des plateaux de sushi et de makis thon et avocat, gingembre et wasabi.

Appétissant ?

Nos Barbies ont leur gourmandise cuite et résistantes pour longtemps ! Les chanceuses !

Allez vite voir les participations des copinautes chez MissCata ! Je vous dis à très vite !

[DIY] P12 – Si j’étais une couleur

En 2019, le projet P12 sera un portrait chinois à 12 facettes. Parler de soi, mais à travers des mots et des images, j’adore le concept. Dessiner les contours d’une personnalité c’est une jolie idée.

Pour le P12 de janvier, il fallait choisir UNE couleur.

Oulà, pas évident ça ! Voire impossible. J’avais opté pour du bleu, du turquoise profond, comme la mer, joyeux, vitaminé, symbole de douceur, mais aussi de réflexion. C’est une couleur qui me fait du bien, qui me donne envie d’évasion, mais aussi de concentration et de création. Celles des vacances, mais aussi du travail.

Tout allait bien jusqu’à ce que je découvre le matériel dont je disposais et l’urgence de publier en janvier (ben oui, c’est le dernier jour, je suis un peu charrette). Donc, du bleu il y a, mais pas en si grande quantité que je l’aurais voulu !

Je vous propose un tutoriel « Fabriquer une Maison de petite souris »

Matériel

  • Boîte en métal
  • Feutrine de couleur
  • Feuilles papier de couleur (Toga pour moi)
  • Tissu
  • Laine rose et noire
  • Colle

Coller des feuilles de papier pour décorer les deux parties de la boîte de notre petite souris.

Préparer le couchage : confectionner de petits coussins en tissu et un sac de couchage en feutrine (pour moi du rose, à défaut de bleu ^^).

Découpez les pièces de la souris : deux parties arrondies pour le corps et les membres et les oreilles. Coudre à la machine et retourner, puis ajouter les oreilles à la main.

Broder les détails : yeux, moustaches et petit nez rose.

Quelques ustensiles plus loin, notre souris s’est aménagé un loft :

Au programme : lecture des fables de La Fontaine, bain moussant et pique-nique gourmand sur le pouce !

Chat et souris : la rencontre !

Et quand vous entendez : « Oh maman, c’est trop chou, je vais dormir avec elle ! » je crois que c’est gagné.

Finalement, Maman est une souris bleue (mais pas seulement) !

Je suis contente d’avoir relevé ce défi avec cette création qui me tenait à cœur. J’aime l’idée d’un jeu tout-en-un bien caché et qu’on peut emmener partout. Et vous ? Vous aimez les petites boîtes surprise ?

Pour découvrir les autres participations, je vous invite à découvrir le blog de Miss Paillettes et catastrophes

[DIY] Boîte en papier lumineuse Diorama de l’hiver

Pour le projet P12 de novembre, Miss Cata nous avait proposé de partir en Islande. L’Islande, vous savez, c’est au Nord, au-delà de la mer, c’est froid, il y a des icebergs, des volcans, des geysers, et une histoire passionnante, vous voyez ?

J’en profite pour revenir sur le projet P12 : non mais, quel chemin en 11 mois ! Regardez un peu cette carte !

L’Islande donc. C’est un pays qui me parle. Il m’évoque les Islandais, ces pêcheurs partis de la Bretagne, de Pors-Even et de Paimpol pour rallier les mers où fraye la morue.

Ces hommes, ces pères, ces fils qui partaient pêcher dans le brouillard permanent, dans une lumière qui durait plusieurs mois.  Les femmes faisaient bouillir la marmite, cousaient, cultivaient, reprisaient, élevaient les enfants et attendaient leur retour incertain en se rendant sur la colline d’où l’on voyait la mer, où est érigée la bien nommée « Croix des veuves ».

Pierre Loti en parle très bien dans Pêcheurs d’Islande, son roman paru en 1886, qui retrace l’histoire, courte et dramatique, de Gaud Mével et Yann Gaos, pêcheur de condition plus modeste, qui part régulièrement pour de longues campagnes de pêche en Islande. Gaud revient dans son pays natal et rencontre Yann. Leur histoire met du temps à prendre étant donné leurs milieux différents et les campagnes fréquentes de Yann en Islande de février à fin août. A la fin de la troisième année, ils se marient, juste avant le départ de Yann. Gaud s’installe alors dans la vie de femme de pêcheur et attend. Mais le bateau de Yann se perd en mer…

Le musée de Paimpol retrace l’histoire de ces Islandais.

Certains se sont mariés sur place, après avoir été soignés par des infirmières, ou avoir laissé croire qu’ils avaient été perdus corps et bien avec leur bateau !

L’Islande est un monde à part, je l’imagine cotonneux en hiver, blanc, vibrant.

Pour honorer cette belle ile, j’avais envie de mettre en valeur cette lumière et le rêve que j’y associe.

Voici un tutoriel de l’hiver : une boîte lumineuse en papier ou diorama

Il vous faudra :

  • une boîte en carton
  • du scotch gommé
  • de la peinture acrylique blanche
  • des feuilles de papier épais
  • des ciseaux, de la colle
  • des LED
  • et dans mon cas, une tablette lumineuse bien pratique, mais une vitre de fenêtre est bien pratique aussi !

Recouvrir la boîte en carton de scotch gommé si besoin et de peinture blanche pour préparer le cadre.

Dessiner le décor qui vous inspire en plusieurs fois. Sur chaque feuille un plan différent : les vagues, un pingouin sur la glace, des nuages…

Vérifiez bien que vos LED pourront passer dans l’intervalle entre les feuilles !

Et la photo de Nanouck qui s’incruste dans mon atelier !

Et voilà ! L’Islande en boîte !

En vrai, c’est plus joli encore car les LED vibrent et donnent une lumière toute douce ! Pour retrouver les autres participantes ou nous rejoindre, c’est ICI